Nous sommes UN

Bienvenue sur votre nouveau site !

Notre objectif est de vous offrir un accès alternatif à l’information, et à la connaissance.

Nous sommes bénévoles et un soutien financier est accepté; vous le pouvez en allant sur ce lien: http://revuedepresse.over-blog.com/ Même le montant d’un café est bienvenue…

N’hésitez pas à commenter et faire vivre ce site qui est le votre…

Le modèle antarctique

Il y avait la France et l’Angleterre. Et le Chili et l’Argentine. Il y avait aussi l’Australie et la Nouvelle Zélande. Sans oublier la Norvège. Tous se fondaient sur les découvertes de leurs explorateurs et sur les travaux de leurs scientifiques pour réclamer une part de souveraineté sur le continent Antarctique.

Une part du gâteau ! La comparaison s’impose car tous ces pays revendiquaient quelques centaines ou quelques milliers de kilomètres de côte et à partir des extrémités de cette terre   ils tiraient deux traits convergents jusqu’au  Pôle Sud. Toute la « tranche » concernée devait leur appartenir en toute propriété. Et puis, bien sûr, au large des côtes revendiquées, chaque Etat voulait s’approprier des droits de pêche exclusifs. Souvent les revendications se chevauchaient malgré l’immensité des territoires concernés. La France se sentait assez tranquille car personne d’autre n’avait de prétention sur la Terre Adélie et sur l’étroite part de gâteau (ou de fromage !) allant jusqu’au Pôle. 

Néanmoins tous les ingrédients de multiples conflits majeurs étaient rassemblés. Le continent était tentant. Pas de population locale. Aucun animal dangereux (il n’y a pas d’ours en Antarctique). Des ressources minières probables et halieutiques sûres. Et surtout des espaces gigantesques parfaitement adaptés à toutes les expérimentations militaires et au stockage de déchets nucléaires ou non.

Et puis, il y eut l’Année géophysique internationale en 1957-1958. Douze pays installèrent soixante bases scientifiques sur le continent et les îles avoisinantes. Et, heureuse surprise, à la suite de ces études, les Etats, poussés par leurs scientifiques, prirent le parti de ne pas se  déchirer et de s’organiser. Les Etats-Unis et l’URSS décidèrent en pleine guerre froide de ne pas en découdre et le traité de 1959 sur l’Antarctique fut signé d’abord par douze Etats puis par de très nombreux autres (53 maintenant). 

Le continent antarctique est déclaré « Terre de paix et de science ». Les revendications territoriales ne sont pas supprimées : elles sont simplement « gelées ». (Terme qui s’impose compte tenu de la température des lieux !) En 2048, théoriquement, les Etats pourront recommencer à faire valoir leurs prétentions. En fait, tout porte à croire qu’ils n’en feront rien tant la situation actuelle donne satisfaction. 

Aujourd’hui aucune activité militaire, aucune exploitation minière n’est autorisée sur le continent et sur les terres émergées au sud du 60e parallèle. Toute pêche, toute chasse est interdite jusqu’à la haute mer. L’environnement est préservé. Le tourisme sévèrement encadré. Tous les exploitants de bateaux de croisière doivent respecter une charte précise évitant tout déchet rejeté en mer et tout transfert de graines non indigènes. Les vêtements sont aspirés, les bottes désinfectées avant chaque débarquement. Les descentes à terre sont limitées en nombre et en temps… car il ne faut pas risquer de gêner les pingouins. Ces derniers d’ailleurs – j’en suis témoin – semblent  se moquer éperdument des présences humaines. 

L’Antarctique est un lieu où les hommes ont la possibilité d’admirer une nature d’une beauté incroyable sans se déchirer. Puisse ce modèle faire tache d’huile. On peut toujours rêver !

Enfermez l’Angleterre, en taule ou au cabanon !

Andre Vltchek – Information Clearing House24 février 2017

 

3. British empire Queen xxx.gif

 

Et nous y revoilà ! Toujours la même rengaine, le même vieux refrain archi-usé. Une fois de plus, le monde entier s’entend dire avec aplomb ce qu’il doit savoir, penser et croire. Une fois de plus on lui souffle jusqu’au rythme et au leitmotiv, pour qu’il sache comment il doit se dandiner en cadence.

Qui pourrait y résister ? Les paroles de l’inusable scie ne sont-elles pas prononcées en bon anglais et avec cet air de supériorité morale et intellectuelle qui ne peut que disperser tous les doutes ?

Le 19 février 2017, RT a publié ce qui suit :

 

« Le Telegraph, un des porte-parole préférés de la désinformation des services secrets anglais, se lance dans une autre opération de guerre psychologique envers la Russie », dit le journaliste indépendant Martin Summers. Une accusation de plus vient donc d’être lancée contre la Russie par le quotidien britannique, qui publie une histoire selon laquelle Moscou aurait été derrière un complot visant à tuer le Premier ministre du Montenegro en octobre dernier… Selon l’article, la Russie voulait renverser le gouvernement du pays pour l’empêcher de devenir membre de l’OTAN.

 

Donc, maintenant, c’est le Montenegro. Hier, c’étaient la Crimée, le Donbass et les élections américaines. Et revoilà la vilaine Russie ! La vilaine Chine, les vilains pays socialistes d’Amérique Latine, la vilaine Syrie, Érythrée, Zimbabwe, Afrique du Sud, Corée du Nord, Philippines, tous ces vilains qui se moquent de la supériorité anglo-saxonne.

4.   lightningxxx.GIF

Cette fois-ci, je n’ai pas l’intention d’écrire un long essai philosophique sur « l’absence de vergogne de la propagande anglaise ». Je vais juste interrompre un instant l’article de 10.000 signes que je suis en train d’écrire pour l’Académie Chinoise des Sciences Sociales (CASS) sur l’impact de la Révolution soviétique de 1917 dans le monde.

Parce que je tiens à rappeler ce qui, selon moi, devrait être évident pour tout le monde, mais qui apparemment ne l’est toujours pas pour des dizaines de millions de gens, à savoir qu’il est impossible de prendre au sérieux ces types qui, en Angleterre, dirigent les merdias grand public et les réseaux de la propagande mondialiste. Depuis des siècles, aucun autre pays au monde n’a causé plus de douleurs à la planète, détruit plus de vies, ruiné plus de nations et de cultures et volé plus de ressources matérielles aux autres peuples que le Royaume Uni. Et tout cela a été fait sans battre un cil, a été glorifié et justifié par l’appareil de propagande le plus avancé qui existe, tout a été « défendu sur des bases morales ». Le concept entièrement tordu de justice à l’anglaise a d’abord été appliqué à l’intérieur du pays, et exporté ensuite vers tous les coins du globe.

Cela a continué et continué pendant de longs siècles, et cela continue aujourd’hui, les violeurs imposent des codes moraux qui sont mondialement acceptés. Les assassins en masse dirigent des cours de justice internationales, les menteurs et voleurs notoires enseignent « l’objectivité » au reste du monde. Les gourous de la désinformation éduquent leurs propres enfants mais aussi ceux des « élites » d’un peu partout dans les « prestigieuses » usines d’endoctrinement que sont leurs écoles et leurs universités.

Il est d’autre pays, bien sûr, qui ont fait de leur mieux pour tenter de dépasser le Royaume Uni en matière de brutalité, d’avidité et d’art de tromper. Il vaut la peine de mentionner pour mémoire ces candidats au championnat du monde du génocide qu’ont été la France, l’Allemagne, l’Espagne et, plus récemment les États-Unis. Ils lui ont fait concurrence avec zèle et détermination, mais en dépit de tous leurs efforts, ils n’ont jamais vraiment réussi à rattraper leur modèle.

S’il vous plaît, contentez-vous juste d’y réfléchir un moment, si vous ne le faites pas déjà depuis des années. Ensuite, lavez-vous bien les yeux et rejetez un coup d’oeil aux tabloïdes et à ces « publications de référence » qui paraissent au Royaume Uni. Regardez leurs chaînes de télévision spécialisées dans l’endoctrinement de masse. Et, si vous êtes encore capable de détachement et de bon sens, comparez ce qu’on vous y raconte avec ce que vous voyez en regardant par la fenêtre, où que vous soyez dans le monde.

4.   lightningxxx.GIF

Il y a des années que je travaille sur tous les continents, dans quelque chose comme 160 pays. Partout, on m’a raconté des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête, on m’a montré les preuves des crimes les plus monstrueux et les plus barbares commis part les britanniques presque partout sur cette planète.

Pour en dresser une liste à moitié complète, il faudrait y consacrer une brochure d’une taille respectable, si pas un livre entier. Ne mentionnons que quelques-unes des horreurs les plus flagrantes dont la « Grande » Bretagne s’est rendue coupable : la traite d’esclaves et la destruction d’une énorme partie de l’Afrique, avec mise à mort directe ou indirecte de dizaines de millions de gens. L’occupation monstrueuse du « Sous-Continent » au prix de dizaines de millions de vies (y compris au moyen de famines artificiellement organisées). La mise à sac d’énormes parties de la Chine, dans son effort pour éradiquer ou au moins briser la nation la plus peuplée du monde. Les attaques brutales contre la jeune Union Soviétique. L’horrible traitement des populations insulaires d’Océanie (Pacifique Sud) jusqu’aux Caraïbes. Le gazage et le bombardement, c’est-à-dire l’extermination littérale des peuples du Moyen Orient, dans ce qui est aujourd’hui le Koweit et l’Irak jusqu’en Palestine. Les invasions de l’Afghanistan, dont le « règne de la terreur à Kaboul » de 1879. Il y a eu quantités d’autres choses, vraiment beaucoup de crimes cauchemardesques et d’actes sans nom, mais aujourd’hui je fais court.

Dans le « Nouveau Monde », c’est-à-dire dans des pays comme les États-Unis, le Canada et l’Australie, les plus terribles massacres de peuples indigènes ont été commis par les deux premières générations de colons européens, principalement anglais.

 

5. Rule-Britannia-for-global-crimes.jpg

 

En réalité, la Grande Bretagne n’a jamais cessé un seul instant de commettre des crimes contre l’humanité. Depuis la IIe guerre mondiale, elle donne des cours aux USA, stratégiquement et idéologiquement, dans l’art de diriger un empire et de fabriquer l’unanimité du consentement en Occident, et même parmi les populations des pays colonisés (dans le contexte néo-colonial).

Elle a été impliquée dans certaines des actions les plus viles de l’histoire moderne, dans des pays comme l’Égypte, l’Iran, l’Irak, l’Afghanistan, le Congo, ainsi que dans le Pacifique et la région des Grands Lacs en Afrique.

Je le répète, ceci n’est qu’un bref résumé, très incomplet.

4.   lightningxxx.GIF

Avec l’expérience qu’ils ont de l’occupation depuis des siècles d’énormes parties du monde, et sachant aussi d’expérience comment « pacifier » les indigènes, les Britanniques ont fini par développer, pour ensuite l’enseigner au reste du monde occidental, leurs très efficaces méthodes d’endoctrinement. Celles-ci ont ensuite été propagées davantage encore, principalement parmi les « élites » des nations colonisées. Résultat : des notions de perception globale complètement standardisées se sont développées et ont été mises en œuvre et imposées jusqu’en ce moment même. Elles comprennent une vision du monde en général, des « principes » et des « standards moraux », des lois et de la justice (y compris des concepts comme les « droits humains ») et même un jeu complet de valeurs générales.

La langue anglaise (surtout bien articulée avec un certain accent reconnaissable et acceptable) est devenu le principal outil linguistique incarnant à la fois la vérité et l’autorité.

Des nouvelles, présentées d’une certaine manière « objective » et avec un certain accent (ou un jeu acceptable d’accents), sont devenues subconsciemment, pour la grande majorité des gens, beaucoup plus dignes de foi que celles présentées par ceux qu’un grand journaliste, anthropologue et philosophe polonais, Ryszard Kapuscinski, appelait « les autres ».

4.   lightningxxx.GIF

Ce système en apparence « parfait » et à l’épreuve des balles a fini par générer une paresse intellectuelle, de la soumission et même de la servitude. Il réussit ainsi à remplir sa fonction, qui est de maintenir le statu quo.

Les mensonges s’empilent sur les mensonges, et même les plus évidentes fabrications ne sont plus, depuis quelque temps, remises en cause, si ce n’est dans certains organes marginaux, évidemment qualifiés d’« extrémistes » par le régime occidental.

L’empire colonialiste s’est débrouillé pour survivre. Il exerce à présent un pouvoir total. Il domine la psyché du colonisateur aussi bien que celle du colonisé. Des avancées, qu’on devait aux luttes de libération et d’indépendance d’après la IIe guerre mondiale, ont été adroitement annulées. On a pu alors officiellement déclarer le colonialisme « disparu ».

À un moment donné, les démagogues anglo-saxons ont inventé le « politiquement correct », outil encore plus efficace destiné à neutraliser et à « pacifier » toute résistance sérieuse. Le politiquement correct prétend que toutes les nations et toutes les races sont égales, il glorifie même, du moins verbalement, ces « petits peuples » et presque toutes les cultures des nations sous-développées », tandis que dans la réalité l’empire continue à piller et à manipuler la planète, comme il l’a fait depuis des siècles dans ses colonies, où les seuls qui prospèrent sont les membres de l’« élite » ralliée, les gouvernements moralement corrompus d’un monde démuni et esclave.

4.   lightningxxx.GIF

Comme il l’a toujours fait dans le passé, le régime choisit ses ennemis de façon pragmatique, et leur applique ensuite ses tactiques les plus éprouvées et les plus méprisables, lançant contre eux des campagnes de diffamation, déshumanisant les citoyens et les dirigeants des pays qu’ils ont choisis pour adversaires et créant souvent de fantasmagoriques mais très efficaces théories du complot.

Les médias britanniques, les agents de propagande britanniques, en fait tout l’establishment britannique ont atteint une perfection absolue dans le domaine du contrôle des cerveaux et du bourrage de crâne.

Comment, s’il n’en était pas ainsi, quiconque dans son bon sens prendrait-il au sérieux ce que racontent ceux qui sont responsables de la perte de dizaine de millions, peut-être de centaines de millions de vies humaines dans tous les coins du monde ?

Comment les maîtres d’œuvre de notre mondialisme insane pourraient-ils être pris au sérieux, s’ils n’avaient réussi à endoctriner complètement leurs « sujets » ?

Certains diraient que nous vivons dans un monde où la « normalité » ne se trouve plus que dans les asiles de fous, et que le seul endroit où puissent encore se réfugier un homme ou une femme doués de raison est derrière des barreaux ou sur une barricade.

Cependant, ceux qui pourraient nourrir ce genre d’idée ne doivent pas être très nombreux, puisque toute forme de réflexion est maintenant standardisée et sous contrôle. Cette fameuse liberté dont il est fait si grand cas se résume désormais à une poignée de choix personnels très limités, souvent égoïstes, que nous sommes encore autorisés à faire, tout en étant bel et bien bouclés à l’intérieur du système existant sans pouvoir en sortir.

Cette obsession britannique, européenne, en fait occidentale de tout contrôler, de tout maîtriser dans le monde a réussi à faire dérailler l’évolution naturelle des humains. Au lieu d’aspirations plus hautes, au lien de tentatives optimistes de construire une société égalitaire compatissante et pleine de joie, notre humanité se retrouve une fois encore enlisée dans une espèce de bourbier maître-esclave, dans quelque chose qui avait pourtant eu l’air d’être près de disparaître pendant certaines périodes du XIXe siècle et, un peu plus tard, au XXe siècle.

4.   lightningxxx.GIF

Comment combattre ce cauchemar ? Je l’ai écrit souvent et je dois le répéter. Pour faire changer les choses, il faut d’abord comprendre la réalité. Mais il ne s’agit pas de connaître seulement les faits, il s’agit de savoir les analyser, il s’agit de savoir comment percevoir le monde et les événements essentiels.

Nous sommes perpétuellement bombardés, littéralement inondés d’informations, de données et de « faits ». Ce qui manque, c’est une façon totalement nouvelle de trier et d’analyser les réalités dans lesquelles nous vivons.

L’Empire n’occulte pas les faits. Il se livre à quelque chose de beaucoup plus sinistre : il rend les gens incapables de les comprendre et de les analyser de manière logique.

Commençons par les notions de base les plus élémentaires. « Un meurtrier en masse ne peut pas s’ériger en juge ». « Celui qui endoctrine et pratique le lavage de cerveau ne peut pas enseigner ». « Ceux qui mettent des millions de gens dans les fers ne doivent pas être autorisés à prêcher la liberté ».

La réalité, c’est que nous sommes en présence d’une poignée de nations et de cultures mentalement dérangées, qui ne cessent de vouloir soumettre les autres, de violer et de piller des nations entières et même des continents, et qui veulent continuer à diriger de la sorte notre planète, si belle mais si terriblement défigurée.

Ces nations moralement mortes n’ont aucun reste de compassion et pas la moindre trace de rationalité. Ce fait a été prouvé encore et encore. Un million de victimes, dix millions de victimes, qu’est-ce que cela leur fait, du moment qu’ils peuvent continuer à dominer. La nature ruinée… des îles qui disparaissent… l’air empoisonné… tout cela leur est égal.. Des peuples entiers réduits à l’état de bétail endoctriné, émotionnellement et intellectuellement uniformisé… bof, on s’en fout, non ?

C’est une réalité extrêmement troublante, mais c’est la réalité. Plus tôt nous la reconnaîtrons pour ce qu’elle est, mieux cela vaudra.

La Grande Bretagne devrait s’asseoir sur son cul et pleurer d’horreur, en se rappelant tous les crimes qu’elle a commis, les camps de concentration qu’elle a construits en Afrique et ailleurs, en se souvenant des famines qu’elle a déclenchées en Inde et ailleurs, de ces monceaux d’innocents qu’elle a massacrés sur chaque et sur tous les continents. Elle devrait hurler de honte du nihilisme qu’elle a propagé, des enthousiasmes qu’elle a ruinés, des beaux rêves et des espoirs de notre espèce, qu’elle s’est acharnée à éteindre.

Elle devrait se figer sur place et pleurer d’horreur en se représentant les instructions qu’elle a données à des pays comme l’Afrique du Sud, aux États-Unis et au Rwanda, des instructions qui ont entraîné de terribles bains de sang au lieu de l’harmonie et du progrès dont avait besoin notre monde.

Pourquoi toute cette terreur ? Seulement pour que le Royaume Uni et ses cohortes puissent continuer à dominer et tout assujettir autour d’eux ? Il ne s’agit pas seulement de rapacité ou de ressources naturelles, il s’agit de pouvoir. Il s’agit de tyrannie.

Je ne veux plus de leurs analyses. Je ne veux plus de leurs nouvelles, de leurs informations, de leurs films, de leurs livres et de tout le fourbi de leur propagande. Même dans la solitude obscure d’une caverne on peut mieux comprendre le monde qu’en lisant leurs feuilles de désinformation ou en regardant leurs chaînes d’endoctrinement télévisé. Tout cela n’a pas d’autre but que de déboussoler les gens pour les rendre passifs et soumis. Leurs présentateurs aussi bien que leurs journalistes de l’écrit ressemblent à de tristes robots lobotomisés : il n’y a pas de vie, rien de neuf, rien de hardi ni de révolutionnaire dans leurs paroles. Ces êtres fonctionnent approximativement : ils bougent, mangent, chient, rabâchent ce qu’ils sont censés rabâcher, mais ils ne vivent pas.

Ils ne savent que salir, pas inspirer. Quand on trouve chez eux un semblant d’optimisme, ou de rire, il est toujours faux, préfabriqué et produit en série.

Si on y réfléchit un peu, cela va de soi. Un bourreau ne peut pas être un visionnaire ou un idéaliste.

Comparée à celle de la Chine ou de l’Iran, la culture de la Grande Bretagne est relativement jeune. Et pourtant, on la sent vieille, fatiguée, éteinte et obsolète. Trop de crimes et trop de mensonges peuvent épuiser même un jeune organisme.

Si l’Angleterre était une personne se mouvant dans une société normale, elle serait soit en prison soit dans un asile d’aliénés. On pourrait en dire autant d’ailleurs du reste de l’« Occident ».

Nous n’avons rien à apprendre d’un maniaque assassin, n’est-ce pas ? Notre seule préoccupation devrait être comment lui passer la camisole de force, comment l’empêcher de tuer et de faire du mal aux autres, et comment y arriver le plus vite possible.

Je doute aussi qu’avec un tel pedigree, un pareil curriculum, notre dangereux dément doive être autorisé à interpréter publiquement le monde, à enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, et même à participer à aucune discussion sur les questions essentielles qui se posent à notre planète.

 

6. chomskyvltchek.jpg

Andre Vltchek (ici avec Noam Chomsky) est un philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation américain d’origine tchèque, né à Léningrad. Il a couvert les guerres et les conflits dans des douzaines de pays. Ses trois derniers livres sont le roman révolutionnaire Aurora et deux essais politiques : Exposing Lies Of the Empire (Révéler les mensonges de l’Empire) et Fighting against Western Imperialism (Combattre l’impérialisme occidental), qui sont déjà des best sellers. Il est aussi le co-auteur – avec Noam Chomsky – de On Western Terrorism: From Hiroshima to Drone Warfare  (Sur le terrorisme occidental. D’Hiroshima à la guerre par drones). On peut  voir ses autres ouvrages ICI. En ce moment, Andre réalise un film pour teleSUR et Al-Moyadeen. Voir ici Rwanda Gambit, son documentaire révolutionnaire sur le Rwanda et la République Démocratique du Congo.

Vltchek a vécu en Amérique Latine, en Afrique et en Océanie. Il vit actuellement en Extrême et au Moyen Orient et poursuit son travail dans les autres parties du monde.

On peut le joindre sur son site web http://andrevltchek.weebly.com et sur Twitter.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/46530.htm

 Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

UK ‘pilots’ working way through kill list of UK citizens fighting for ISIS in Iraq and Syria  (des pilotes du Royaume Uni « travaillent » sur la kill list de citoyens britanniques combattant pour ISIS en Irak et en Syrie). Des pilotes de la RAF assassinent secrètement des djihadistes britanniques soupçonnés de vouloir commettre des attentats en Grande Bretagne.

MPs call on Theresa May to release ‘kill list’ for UK drone strikes (Des membres du Parlement réclament à Thereza May la publication des « kill lists » faisant l’objet de frappes par drones du Royaume Uni). Lord Macdonald, Directeur des Poursuites pénales a co-signé une lettre à Thereza May, exigeant une plus grande transparence sur l’utilisation, par le Royaume Uni d’une « kill list » pour les frappes par drones prenant pour cibles des citoyens britanniques.

 

7. Rule the Waves - good.gif

 

8. UK Bow tie.gif

 

Pour ceux qui croiraient qu’Andre Vltchek exagère :

 

9. Rule Britannia.jpg

 

Le plus grand guerrier des temps modernes, ce n’est point Napoléon, c’est Pitt. Napoléon faisait la guerre, Pitt la créait. Toutes les guerres de la révolution et de l’empire, c’est Pitt qui les a voulues. Elles sortent de lui. Otez Pitt et mettez Fox, plus de raison d’être à cette exorbitante bataille de vingt-trois ans. Plus de coalition. Pitt a été l’âme de la coalition, et, lui mort, son âme est restée dans la guerre universelle. Ce que Pitt a coûté à l’Angleterre et au monde, le voici. Nous ajoutons ce bas-relief à son piédestal.

Premièrement, la dépense en hommes. De 1791 à 1814, la France seule, luttant contre l’Europe coalisée par l’Angleterre, la France contrainte et forcée, a dépensé en boucheries pour la gloire militaire, et aussi, ajoutons-le, pour la défense du territoire, cinq millions d’hommes, c’est-à-dire six cents hommes par jour. L’Europe, en y comprenant le chiffre de la France, a dépensé seize millions six cent mille hommes, c’est-à-dire deux mille morts par jour pendant vingt-trois ans.

Deuxièmement, la dépense en argent. Nous n’avons malheureusement de chiffre authentique que le chiffre de l’Angleterre. De 1791 à 1814, l’Angleterre, pour faire terrasser la France par l’Europe, s’est endettée de vingt milliards trois cent seize millions quatre cent soixante mille cinquante-trois francs. Divisez ce chiffre par le chiffre des hommes tués, à raison de deux mille par jour pendant vingt-trois années, vous arrivez à ce résultat que chaque cadavre étendu sur le champ de bataille a coûté à l’Angleterre seule douze cent cinquante francs.

Ajoutez le chiffre de l’Europe ; chiffre inconnu, mais énorme.

Avec ces dix-sept millions d’hommes morts, on eût fait le peuplement européen de l’Australie.

Avec les vingt-quatre milliards anglais dépensés en coups de canon, on eût changé la face de la terre, ébauché partout la civilisation, et supprimé dans le monde entier l’ignorance et la misère.

L’Angleterre paye vingt-quatre milliards les deux statues de Pitt et de Wellington.

C’est beau d’avoir des héros, mais c’est un grand luxe. Les poètes coûtent moins cher.

Victor Hugo, William Shakespeare (pp.529-531)

 

Mais pourquoi diantre fallait-il faire le peuplement européen de l’Australie ?

8. UK Bow tie.gif

10. Empire.jpg

 

10 bis. Prise de Québec 1759.jpg

Prise de Québec 1759

 

11. The abolition of slave trade.jpg

 

11 bis . Empire bringing civilization.jpg

 

12. British empire wéas a world of trouble says histoirian.jpg

13. British_Indirect_Rule_in_India.jpg

14. British-Empire-Facts Direct rule.jpg

British Direct Rule in India

 

14 bis. Victorian-Cartoons-Punch-1867-.jpg

 

15. An empire bathed in blood - India.jpg

An Empire Bathed in Blood

 

16. All the countries we've invaded.jpg

17. We'll kick your ass and then steal your shit.jpg

 

18. U nion 1898.jpg

Union 1898


19. We hold a vaster empire.jpg

 

20. Imperial plunder.jpg

Et un petit contemporain pour la route…

 

21. UK - Guerre xxx.jpg


Le coup de gueule d’un homme indigné et quelques images ne sauraient rendre compte de l’ampleur des malfaisances de l’empire britannique, y compris, à l’intérieur, sur la population anglaise (ne parlons pas de la torture pluriséculaire de l’Irlande). Une partie de cette population met un enthousiasme sidérant à se laisser faire, mais une partie seulement… L’autre a déjà voté le Brexit. À suivre.

 

8. UK Bow tie.gif

 

Des templiers aux Jésuites.

Encore une fois, la Catalogne sert de point de départ pour savoir comment est le monde dans lequel nous vivons.
Aujourd’hui, nous allons connaître l’origine de la franc-maçonnerie et des Templiers et savoir que leur véritable puissance a été transféré aux jésuites. Il y a eu des périodes dans l’histoire qui ont forgé les puissances qui déterminent notre siècle, la crise de la dette actuelle en est un exemple.
Nous rencontrerons les premiers pirates et ce sera grâce à eux que nous allons découvrir un des plus beaux endroit en Europe. Enfin, nous allons révéler la véritable signification de la croix, symbole de la douleur et de la souffrance qu’ils nous ont imposé pour représenter Jésus.

Cette histoire commence le vendredi 13 …
 Durant cette date sanglante de l’année 1307, les troupes du roi Philippe le Bel ont pénétré à l’unisson dans tous les monastères des Templiers de France, dans une opération coordonnée sans précédent. Ils ont arrêté tous ces hommes, dans ce qui était le début de la fin de l’Ordre du Temple.
La malédiction que le Grand Maître des Templiers Jacques de Molay a lancé sur le bûcher où il était brûlée, fut à jamais associée à la terreur.
Organiser une opération nationale parfaitement synchronisée  n’était pas simple à cette époque, mais le plus étonnant c’est que les troupes royales ne trouvèrent aucune résistance face à ces chevaliers aguerris.

Les Templiers ne furent capturé que par excès de confiance:
Comment pourrait-il se passer quelque chose contre eux alors qu’ils possédaient la moitié de l’Europe politiquement, économiquement et  s’assuraient de sa protection ésotérique?

Le massacre des Templiers  a été exécuté par le roi français Philippe le Bel et convenu entre lui et le pape Clément V.
L’Inquisiteur général à inventé contre eux toutes sortes de charges d’un total de 127 et soutenu par aucune preuve.
Le procès de l’Ordre a pris fin en 1314, après sept années de captivité et de tortures dans les cachots du roi de France, les chevaliers épuisé de De Molay furent condamnés à perpétuité ou brûlés vif  face à Notre Dame de Paris.La légende dit que Jacques De Molay avant sa mort  maudit le pape Clément V et le roi Philippe le Bel, plus ou moins en ces termes:
« Clément, juge inique et bourreau cruel,
Je te cite à comparaître devant le tribunal de Dieu dans quarante jours
et vous, Philippe, avant un an ».
Quelques minutes avant la fin du sacrifice humain  les gens brisèrent les cordons de la garde, et fondirent sur le feu pour sauver quelques os calcinés, afin de les garder comme reliques.
Malédiction ou non, Clément V, mourru de diarrhée à cause d’un cancer de l’intestin dans les quarante jours de la mort de Jacques de Molay.
Son corps, suite au dégoût qu’il produisit aux assistants de sa mort, resta abandonné et nu toute la nuit. Puis, au cours de la veillée, un ensemble de bougie tomba et le feu carbonisa à  moitié le cadavre.

De même, Philippe le Bel roi de France, est mort de la fièvre et de la gangrène, le 29 Septembre 1314, dans l’année suivant celle prédite par Jacques de Molay. En effet Il  tomba de son cheval lors d’une chasse à cause d’un sanglier.
Selon certaines sources,
« L’odeur qui émanait de ses blessures était telle que son approche était dégoûtante et nauséabonde » mais sûrement l’effet psychologique de la malédiction alimenta certains esprits.
Bien que de nombreux Templiers  survécurent des donjons et des longues séances de tortures, l’ordre Templiers finit par s’éteindre en 1312.
Cela ne signifie forcément pas que l’ordre n’existe plus aujourd’hui, comme l’a soutenu plus de 400 organisations, selon un inventaire réalisé par le Vatican lui-même. Pourtant durant la consécration du monde à la Vierge de Fatima nous avions des Templiers, parfaitement habillé devant nous.

L’élimination des Templiers était un jeu habile de Philippe le Bel en proie à de graves problèmes économiques et à un pape malade qui voyait l’autorité de l’église décroitre face à la puissance sans cesse croissante des moines guerriers .

Vu d’une certaine hauteur, on voit la disparition du Temple comme le résultat de la lutte éternelle entre les trois factions du pouvoir planètaire. Elles agissent comme des contremaîtres; ces trois factions respectives se posent comme des dieux, citant les Nefilim de la Bible ou les dieux Anunnaki des tablettes sumériennes.

A la mort de Jésus, l’une de ces factions,adepte du dieu phénicien Moloch (qui est le Dieu sumérien Ningshzida, fils d’Enki) a imposé son contrôle par ce que l’on appelle le Vatican.

L’autre faction est la lignée de Mitra et sa femme Ishtar-Inanna, dont les protecteurs étaient les Templiers.

Les Monarchies font partie de la faction de Moloch, de sorte que l’alliance entre le Vatican et la couronne de France contre les Templiers était logique et naturelle.

L’Ordre du Temple, les grands défenseurs de la Vierge Marie et Marie-Madeleine, représentent le grand plan de la faction Mitra-Ishtar.

La Crise de la dette est une invention des Templiers

Aujourd’hui, des millions de personnes souffrent des conséquences d’une opération financière à grande échelle, appelé la  » Crise de la dette », lancées par les plus grandes banques dans le monde, sous le contrôle de la Compagnie de Jésus.

Tout au long du Moyen Age, la noblesse et la monarchie vivaient pour la vie, la dette était secondaire. Les conflits étaient une réalité quotidienne et les guerres n’ont jamais été bien chères. Les premiers prêteurs étaient juifs, mais les Templiers ont été en mesure d’emmener la profession beaucoup plus loin et sont devenus les précurseurs du système bancaire moderne.

Surtout ils ont appris à tirer parti de la dette souveraine pour le contrôle des nations, comme aujourd’hui, le font  leurs héritiers: la Compagnie de Jésus.
Le cercle est fermé …

Philippe le Bel était un de ces nobles endetté et il devait beaucoup d’argent aux Templiers, résultant principalement de la guerre soutenue contre l’Angleterre.
 Alors, Philippe le Bel,  Intelligent,  eu l’idée «brillante» de tuer le banquier et ainsi d’éliminer la dette.
Le roi non seulement ne paya pas ce qu’il devait aux Templiers, mais aussi il s’appropria beaucoup de leurs propriétés.
 

La vengeance:
Les Templiers officiellement disparurent, mais pas le culte de l’Ishtar-Mitra, ni meme la faction  à laquelle ils appartenaient.Le plan était désormais souterrain. Les Templiers restèrent dans la clandestinité, en attendant le doux moment de la vengeance.Alors que Louis XVI  perdit la tête dans la guillotine, une voix anonyme dans la foule en liesse a été entendu,

«Maître Jacques de Molay, vous êtes vengé! ».

Que ce soit vrai ou une légende urbaine, le fait est que ce cri est passé dans l’histoire comme la preuve de l’existence d’un plan souterrain qui est mis en œuvre à travers l’histoire avec une continuité complète.

La peinture « Liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix, représentant une scène sur les barricades est devenu à jamais une icône de la Liberté, particulièrement personnalisé dans le symbole rouge du chapeau qui recouvrait la Liberté .Le Bonnet phrygien
Ceci est un chapeau qui est né en Phrygie, dans l’actuelle Turquie, lieu d’origine des « catalaunos », les premiers colons des Pyrénées catalans, par conséquent, ils l’utilisent encore dans leur costume traditionnel appelée barretina.
Le dieu principal de Phrygie était le dieu du soleil Mitra (fils d’Enki et mari de Ishtar-Inanna), dont la vie est identique à celui qui nous a été vendu comme étant Jésus.
Plus tard, le bonnet phrygien a été utilisé dans l’indépendance américaine et la Révolution française.Même aujourd’hui, nous le trouvons dans  plusieurs pays d’Amérique,
Paraguay,

BolivieLa Colombie,Cuba,… Et bien sûr, l’Argentine du Pape actuel François.

 
Il y a deux endroits dans le monde où il est très facile de trouver le bonnet phrygien.
A Buenos Aires, où il apparaît dans le bouclier de la nation et la tête de la statue de la pyramide de mai, dans la plus emblématique place du pays, la Plaza de Mayo.
Egalement dans la cathédrale de Buenos Aires, où officiait Jorge Bergoglio, l’homme qui a conduit les jésuites au sommet de la religion mondiale.

Dans cette cathédrale originale, vous pouvez visiter le mausolée du général San Martin,  père de la nation et héros de l’indépendance de plusieurs pays d’Amérique latine. San Martin est un personnage clé dans l’histoire des jésuites, parce qu’il a revalidé le pacte avec la faction Ishtar-Mitra et l’a emmené bien au-delà.

La Compagnie de Jésus doit leur succès de cette phase finale dans laquelle ils ont été victorieux contre leurs rivaux contremaîtres, les sionistes et l’Ordre de Malte (Etats-Unis, la ville de Londres et les monarchies).

L’autre place importante où nous pouvons trouver le bonnet phrygien est la Catalunya.
Nous avons déjà dit que le Barretina est le bonnet phrygien « Catalan » mais aussi la coiffure du dieu Mithra.
 Après la note sur le bonnet phrygien, nous allons expliquer comment a eu lieu la continuité des Templiers, qui ont suivi deux routes différentes et qui ont survécu jusqu’à ce jour avec la vitalité maximale:

Une route passe à travers l’Ecosse, et elle a généré la Maçonnerie

L’autre a franchie la Catalogne et elle a créée la Compagnie de Jésus

section 1 :
L’Ecosse: Le Temple de la Maçonnerie de 
L’Ordre du Temple, à partir du moment de sa fondation,  a excité l’imagination de l’humanité plus que tout autre groupe humain.
Un des faits est que la plupart des fantasmes  a soulevé  la prétendue disparition de la flotte de l’Ordre.Il est reconnu que les Templiers étaient de grands navigateurs. Quelques années plus tôt, il y avait un navigateur des Templiers, Grand Maître des Chevaliers de l’Ordre du Christ, descendant direct des Templiers du Portugal. Son nom était Henri le Navigateur, qui a fait que le Portugal est devenu une puissance maritime et que ses navires suivront la ligne de  côte de l’Afrique à la recherche d’une route maritime vers l’Inde.
Les Portugais sont arrivés à Madère en 1420 et au Cap-Vert en 1445, bien avant Christophe Colomb.
Il est vrai que la plupart des navires Templiers n’ont jamais été capturés parce qu’ils avaient appareillés les jours avant la date fatidique du « Vendredi 13 » du port de La Rochelle en France, à destination de l’Ecosse. En Ecosse régnait Robert Bruce, qui a été excommunié par le pape Clément et dont les territoires étaient au-delà de la portée de Rome et bien sûr du roi français.
Bruce a été ravi d’accepter l’arrivée des guerriers qualifiés qui pourraient l’aider dans sa guerre avec l’Angleterre.

Imagination et créativité se sont alliés avec la légende pour offrir des impressions épiques
comme la disparition de la flotte des Templiers de La Rochelle.
Après la bataille de Bannockburn en 1317, qui a été décisive pour l’indépendance écossaise, Bruce a créé le chevalier de « San Andrés del Cardo » pour ses amis Templiers, dans la gratitude de leur aide cruciale.

Seulement trois mois après la mort de Jacques de Molay, l’Ordre est redevenu une puissante organisation, mais en dehors de l’Ecosse, la situation n’était pas favorable. Dans d’autres pays, des groupes de Templiers restèrent  discrets afin de reconstruire leur empire dans toute l’Europe.
Pour ce faire, ils ont dû faire quelques changements, et arrêter de parler de Dieu.
Alors ils ont commencé à utiliser le terme «G» du Grand Architecte de l’Univers et leurs groupes ont été créé autour d’un grand secret pour leur protection, ils adoptèrent meme un système de communication . Ce fut la façon dont la franc-maçonnerie, en particulier le rite écossais, le plus pratiqué est né.
Les Rosicruciens ont également émergé de ces Templiers réfugiés lors de leur retour en France.

Finalement, les Templiers ont étendu leur pouvoir pour fusionner avec les grandes familles du pays d’écosse, les descendants de Bruce et de la famille Sinclair. Sinclair, a été fortement influencé par les Templiers, ils étaient de ceux qui ont signé la Déclaration de l’indépendance de l’Ecosse en 1320.
Fait intéressant, l’Ecosse et la Couronne d’Aragon de Catalogne, sont les deux principales nations où se réfugièrent les Templier.
On peut dire qu’une telle coïncidence est le fruit du hasard, mais je pense qu’il serait plus réaliste de penser qu’il y a une synchronicité dans l’histoire, comme dans la nature, ce qui est au-delà de notre compréhension.

Il y a beaucoup de preuves que les francs-maçons sont une évolution des Templiers, mais on ne peut pas dire que la maçonnerie est l’héritière du Temple.
Résultat de recherche d'images pour
 
Qui a hérité du vrai du pouvoir,de la connaissance et de la force de premier plan dans l’obscurité de la planète? C’était la Compagnie de Jésus, qui a évolué à partir des Templiers qui subsistaient en Catalogne, tel que discuté ci-dessous.
Eux et leurs bateaux – qui n’a pas été soumis au processus s’extermination de l’Ordre sont devenus les catalano-aragonais; les dominateurs de la Méditerranée dans le XV et XVI Siècle. Certains pavillons dit on descendent directement du Temple et l’un des plus hauts degrés de la franc-maçonnerie est « Templier ».
Quelques-uns partagent leur relation intime avec le Temple de Salomon, ils pensent avoir été leurs locataires et avoir obtenu une certaine connaissance ésotérique parce que leur symbole le plus important sont les deux colonnes du Temple et parce qu’ils croient que le Roi Salomon et Hiram (Figure allégoriquement de «grand architecte» du temple) sont les créateurs de la franc-maçonnerie.
Les deux ordres (FM et Jésuites) partagent également le Beaussant, la demi bannière blanche et noire des Templiers ainsi que la coutume maçonnique du sol se posant en échiquier.

Remarque – Le tablier maçonnique
Le tablier, engagement obligatoire dans les cérémonies maçonniques, est la première chose que l’on porte lorsque l’on commence dans la franc-maçonerie.

Le tablier n’est pas comme les sous-vêtements disent les Templiers, mais un vêtement appelé Brigantina porté par les guerriers médiévaux qui leur permettait de violer les femmes rapidement. Cela est devenu le tablier maçonnique actuel.
Il y en a de milles façons différentes, mais la structure essentielle des tabliers est  similaire à une enveloppe postale avec les initiales M et B et les trois les points formant un triangle, qui sont une sorte de signature maçonnique.
Les lettres M et B se réfèrent à « Mac-Benach » ou « MHAH Bennah », une expression utilisée dans l’ordre de « San Andrés del Cardo » que l’Ecossais Bruce a donné aux Templiers qui l’avaient aidé, cela signifie « la viande en laissant les os ».

Les trois points en forme de pyramide sont toujours une signature maçonnique.

Dans le passé, « etre un  franc maçon c’était etre un terroriste » il y a quelques années on les considérait comme « fasciste ».

Puis La franc-maçonnerie est enfin devenu un centre important de la puissance, tout comme le Vatican. Les deux ordres sont très acceptables pour les groupes qui courent le monde derrière les rideaux.

Ces deux groupes on en alternance pris le contrôle des centres de pouvoir à travers l’histoire, de sorte que vous ne pouvez pas dire que la franc-maçonnerie et le Vatican sont d’une faction ou d’une autre, mais ils sont «contrôlés» par une d’elles.
Ce contrôle est un changement de dynamique dans le cas de la franc-maçonnerie, d’ailleurs, il est très éthéré par le grand nombre de loges dispersés partout dans le monde.
Bien sûr, ils partagent tous le même sentiment d’être des «privilégiés» et leur but dans la vie est…

 

Les Templiers et la véritable origine de la piraterie?

Parmi toute la littérature à propos de l’ordre des Templiers, on met en évidence l’accusation selon laquelle de l’ancienne flotte est née la piraterie et que le logo du crâne et des os sont un symbole des Templiers.

cette accusation est non seulement fausse, mais elle frise le ridicule, la piraterie a été créé précisément par les adversaires éternels des Templiers: les Chevaliers de Malte.
Les Chevaliers de Malte, aujourd’hui encore, continuent de se livrer à la piraterie, en version moderne.Par exemple Erik Prince, le financier des Légionnaires du Christ est le fondateur et unique propriétaire de Blackwater (désormais appelé « Academi » et détenue par Monsanto) une société de mercenaires, d’ armées privées qui opèrent dans la plupart des conflits ouverts dans le monde.

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

Ernst von Freyberg , propriétaire du plus grand chantier des navires de guerre a été nommé directeur de l’IOR (la Banque du Vatican)  par pape Benoît XVI peu avant que les Maltais l’ai forcé à démissionner
Les croix d’os nous donne l’idée de qui a créé la piraterie, et l’a appelé Jolly Roger, en l’honneur du premier qui l’a utilisé:
Roger II de Sicile, un chevalier normand qui est né bien avant que les Templiers aient été fondé.

Roger a statué en mer Amalfitaine, lieu de naissance de l’Ordre des hôspitaliers. Roger II a également conquis l’île de Malte, qui a transformé quelques siècles plus tard, le nom de l’Ordre de l’Hôpital en Ordre de Malte.

L’histoire continue en preuves liant le royaume de Sicile et de Naples avec l’Ordre de Malte, par exemple l’épisode de 1480, dans lequel une flotte turque assiégée est passé au fil de l’épée tuant ainsi huit cents marins turcs, dont les crânes sont restés dans la cathédrale où ils ont l’air magnifique dans l’autel le plus macabre qui n’a jamais été imaginé.

En tous les cas  Les Chevaliers de Malte étaient portés par Benoît XVI.

Le lien entre le Jolly Roger, Roger II et les chevaliers de Malte est plus qu’évident, mais pourquoi avoir créé le logo crâne et os croisés?
Entre 800 et 1000, les peuples Normans du Nord et parmi eux Roger II, a fait toutes sortes de raids dans la mer Cantabrique et la Méditerranée, en augmentant ainsi progressivement son action loin d’ Angleterre. Ses attaques cruelles ont été enregistrées dans la mémoire des habitants des côtes et de nombreux documents.
En fait, le mot Viking signifie «celui qui va piller» ou même «qui rôde la côte« concept pleinement applicable à la piraterie.
Dans un de ces raids ils ont conquis le sud de l’Italie et de la Sicile. Et ils étaient là …

Toute la côte amalfitaine, Sorrente, Capri, Positano … est une place très importante dans l’histoire, mais presque inconnu.

La cote Amalfitaine fait partie de la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO (une zone pleine de lieux ésotériques, une réflexion pour les futures enquêtes …)

Amalfi était une puissance économique dont la flotte marchande a dominé le commerce maritime de la Méditerranée durant un siècle jusqu’à la conquête normande et la concurrence de Pise et de Gênes.
C’est En 1113, quand Roger II de Sicile, l’inspirateur de la piraterie,a définitivement conquit la République d’Amalfi, et commencé sa désintégration finale.
Roger a conquis un beau pays, mais aussi la connaissance qui avait donné aux amalfitains la suprématie de la Méditerranée. Une suprématie qui semblait manifestement impossible, compte tenu de la petite taille de leur territoire, limité à quelques belles baies et de bons ports entre les falaises.
La puissance Amalfitaine a donné une combinaison réussie de l’ésotérisme et de la technologie, de cette  union est née la boussole. Une des choses que l’on apprend enfant c’est que la poudre et la boussole ont été inventé par les Chinois … ainsi nous avons été trompés.
Il est vrai que la boussole était connue en Chine avant, mais la boussole a été utilisé au début en Méditerranée ou elle a été inventé (cote amalfitaine). Cela a permis, paradoxalement a ces petits états médiévaux de prendre le commandement de la Méditerranée.
L’inventeur était un pilote amalfitain nommé Flavio Gioia, qui a perfectionné un instrument primitif utilisé par les marins.
Il existe de nombreuses façons d’accéder à l’information, et de nombreuses avancées de l’humanité ont été le résultat d’un « tip-off » des êtres qui ne sont pas physiquement parmi nous, que ce soit clair ou obscur.

« Quelqu’un » a inspiré Flavio Gioia dans son invention comme étant le prélude à la création du groupe qui allait plus tard être l’ Ordre de Malte. Rappelons que l’Ordre sera fondé à Jérusalem par les Marins  Amalfitain.

Qui était ce «quelqu’un»?
Une fois de plus ils ont succombé à la tentation de signer leurs actions, la statue de l’inventeur de la boussole à Amalfi est enveloppé d’un serpent, symbole de Lucifer / Enki.

Remarque – Les symboles de la piraterie

Compte tenu de l’ancrage profond de la piraterie dans l’inconscient collectif, nous allons nous y plonger un peu plus …

Qui n’a pas joué aux pirates dans l’enfance ou regardé des films?
S’ils savaient que maintenant, les enfants jouent avec des poupées qui les imitent eux qui ont tué leurs parents, violé leurs soeurs et les  ont vendu pour l’esclavage.

Le symbole de la croix:

La croix Saltire est la croix originale et la plus ancienne, et nous avons pu l’a trouver parmi les Égyptiens faites avec le sceptre et le fouet et souvent symbolisant Osiris. Fait intéressant, Osiris a de nombreuses similitudes avec Jésus, en plus de la croix, parce qu’ il a été «re-créé » ( résurrection). On peut dire que l’histoire de Jésus ressemble aux histoires des dieux païens précédents.

Nous savons qu’en réalité les jésuites vénèrent  Mitra.

Par le sacrifice romain de la crucifixion, la croix a fini par être assimilé au christianisme comme synonyme de Jésus.

Nous aurions préféré une icône de l’amour, de la paix ou de l’humilité, mais quelqu’un a imposé la souffrance, la douleur, la mort et l’assassinat. Les choses à vivre sur une planète dominée par l’obscurité, mais pas pour longtemps.

 Pour connaître la véritable origine du signe de la croix on aura recour à quelque chose de très caractéristique du paysage national, bien que presque éteint:

les anciens signaux de passage à niveau, un avertissement de danger «croisement» (un autre signe de danger …)

Le signe de la croix fait référence à la soi-disant « Planet of the Crossing» ou «Planète X», une grosse planète hypothétique se trouvant au-delà de Neptune qui au cours des dernières décennies a été associée à la planète Nibiru, lieu d’origine de l’une des deux lignées les  Anunnaki (le Enlil, Enki sont les Pléiades).

Il est également associé avec les noms des étoiles comme l’ Hercóbolus de la Bible ou l’armoise, qui tombe sur le sol:

« Et le nom de l’étoile est Absinthe.
Et la troisième partie des eaux fut changé en absinthe;
et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères « … Rev. 08:11

 La planète « X » serait la dixième planète, la «planète de la traversée» parce que son orbite n’est pas concentrique comme les autres planètes, mais perpendiculaires.

Pour cette raison, toute les centaines de milliers d’années, son orbite croise avec la nôtre.

Ceci est la véritable « croix du ciel ».

Après cette promenade à travers la piraterie et après avoir démasquer le signe de la croix (désolé pour le hors-sujet), il est temps de reprendre le chemin que les Templiers ont pris pour se perpétuer.Le plus évident était l’Écosse, nous venons de le voir, mais les francs-maçons n’ont hérité que du symbolisme et de la philosophie des Templiers.

Le vrai pouvoir, celui qui les a exalté de leur séjour original dans le Temple de Salomon, se réfugia dans les mêmes terres catalanes là ou les Templiers avaient été fondé.

section 2:


Catalogne, le Temple des Jésuites …
Les Templiers avaient accumulé beaucoup de richesses grâce à leur stratégie de dons et de droits de conquêtes.

En outre, ils possédaient une flotte puissante, avec laquelle le célèbre Jaume I le Conquérant, l’arrière petit-fils de Ramón Berenguer IV le templier, conquis Majorque et Valence. Jaume I, conquit le château Monzón, l’Ordre récupéra plus d’un tiers des deux villes conquises.

Son petit-fils, Jaume II le Juste (1291-1327), toujours avec l’aide des Templiers et leurs bateaux, régna sur la Catalogne, Aragon, Valence, Majorque, la Sardaigne, la Sicile et Naples. Ainsi, la confédération catalano-aragonaise et ses partenaires Templiers étaient devenus la nouvelle grande puissance méditerranéenne.Dans ce scénario favorable et dans le même lieu d’origine de l’Ordre – Catalogne  et ancien mérovingienne fondateurs – les Templiers ont assuré la continuité du «plan» de la faction Ishtar-Mitra dans leur lutte pour la suprématie …Auprès de  la Couronne d’Aragon et de la Catalogne, l’Ordre du Temple a été acquitté des accusations portées par le pape.

Toutefois, pour éviter la confrontation avec le pape de Rome, l’Ordre a également été dissout et ses biens ont été transférés à d’autres ordres existants, et d’autres encore ont été créés.
Ainsi est né l’Ordre de Montesa, qui est l’instrument que «le plan» utilisa pour le transfert du pouvoir aux vrais Templiers Ordre religieux-militaire de la Compagnie de Jésus, les jésuites.

En fait, la naissance de la Catalogne et d’Aragon en nation avait été provoquée par les Templiers.
Le roi d’Aragon Alphonse Ier le Batailleur, à sa mort en 1134, a donné son royaume aux trois ordres militaires, le Saint-Sépulcre, l’hôpital de Jérusalem et les Templiers. Irrité, les nobles ont décidé d’ignorer la volonté et parvinrent  à un consensus en nommant comme successeur son frère le moine – Ramiro II le Moine.
Il a accepté, mais quand il a réussi à se débarrasser de la charge il a offert sa fille unique Petronila, à l’âge de deux ans,  au comte Ramon Berenguer IV le Templier, le maitre de Barcelone et lui a également offert le royaume.
Ainsi, la Couronne d’Aragon et de la Catalogne est né.

L’Ordre de Montesa:
Sur l’expansion méditerranéenne, en 1319, le roi Jacques II le Juste, fonda dans la chapelle royale du palais de Barcelone un nouvel ordre de moines guerriers, qui ont devait absorber l’Ordre dissous du Temple.
Son siège serait la ville de Montesa Valence, le roi fit don de cette ville à l’ordre qui en prit le nom.
Le premier maître de la nouvelle ordonnance a été Guillem d ‘Erill, un homme âgé et qui allait mourir à seulement 70 jours après avoir été élu. Il était en fait un rendez-vous symbolique, y compris le rituel, pour donner une continuité dynastique à l’Ordre et l’ancien Guillem était un descendant direct de l’un des neuf fondateurs du Temple, Roger Bernat d’Erill.
Pour qu’il soit clair que l’Ordre de Montesa était pleine continuité du Temple, lors de la cérémonie, Guillem d ‘Erill donna l’habit de l’Ordre à huit chevaliers, tous des anciens Templiers.
L’Ordre a été créé dans le château de Montesa, qui avait auparavant appartenu aux Templiers.
Il est vite devenu le bras armé de la monarchie espagnole, la vente de son aide militaire en échange de privilèges, la même stratégie que les Templiers. Ils devinrent très puissant au sein de la confédération catalano-aragonaise.
Le dernier Grand Maître de l’Ordre de Montesa était Pedro Luis Galceran de Borja et Castro-Pinos, fils du duc de Gandia, qui a été élu en 1528.

Pedro Luis appartenait à la famille importante des Borgias, dont le nom original est Borja en catalan.
De Galcerán, le sort du Temple jésuites a été transféré à son frère Francisco de Borja qui sera le troisième Supérieur Général de la Compagnie de Jésus et confident d’Ignace de Loyola.
Le nom Pedro Galcerán Borja et Castro et Pinós, sonnera très familier à ceux qui ont lu les articles sur Catalogne.

Galceran de Pinós était le co-fondateur de l’Ordre du Temple, avec son frère Hug de Pinós.
L’un de ses descendants était Bernat Galceran de Pinós, père de Francisca de Castro-Pinos, qui avait un fils du Grand Maître de Montesa

Regardons la famille du Grand Maître de Montesa, le Castro-Pinos.

Leurs terres étaient à mi-chemin entre Lleida et le courant Huesca (dans le Ponent Gaza, la région de langue catalane du courant Aragon AC). Son bouclier est un mélange surprenant du drapeau catalan et étoile à huit branches, symbole personnel d’Ishtar-Inanna.

Le message est clair, l’objectif étant la formation des serviteurs d’ Ishtar à travers le Castro-Pinós Pinós et adeptes des Templiers.

 

Au XVIe siècle, un guerrier basque convalescent avec une blessure de guerre était en route vers Barcelone pour un pélerinage à Jérusalem et son nom était Inigo de Loyola. Dans la basilique, devant la Vierge, il a connu un choc spirituel, se mit à genoux et resta dans la prière toute la nuit,en suivant les règles de la chevalerie il avait laissé son épée et ses vêtements devant l’autel.
Il se dirigea vers la ville voisine de Manresa, où il  restait un l’hôpital, en dehors des murs.

Ignace de Loyola et la fondation de la Compagnie de Jésus

Après quelques jours de prière, il a donna ses biens aux pauvres et se s’installa comme ermite dans une grotte de la région, face à la montagne sacrée. Il a vécu quelques mois, entre la pénitence, le jeûne, les hallucinations et des états mystiques d’extases, des ravissements et d’autres états de conscience altérés.
Ignacio a commencé à guérir les malades, et près de sa grotte, il vécu un ravissement spirituel, au cours duquel il est resté immobile pendant huit jours, ce qui a causé un émoi dans la population.

c’est dans cette grotte qu’ignace a commencé à écrire les Exercices Spirituels des Jésuites.
Là, en face de la montagne qui avait changé sa vie, l’embryon de la future Compagnie de Jésus a été conçu. 

Des années plus tard, après diverses vicissitudes, y compris la prison, Ignace de Loyola a fini à Paris, où il a rencontré d’autres étudiants avec qui il matérialisa l’ordre imaginé.

Je pouvais à peine comprendre une figure comme San Ignacio et une société comme la société de jésus sans savoir ce qui est arrivé dans la montagne catalane. 

La Compagnie de Jésus

«Les jésuites sont une organisation militaire, et non pas un ordre religieux, leur supérieur est un général d’armée, pas un simple père abbé d’un monastère et le but de cette organisation est: .. LE POUVOIR.
Le puvoir dans son exercice le plus despotique. Le pouvoir absolu, puissance universelle, le pouvoir de contrôler le monde par la volonté d’un seul homme.
La Compagnie de Jésus est né vers 1538, dans un moment historique très mouvementée en termes de religion, en particulier la montée du protestantisme.

De l’ inspiration d’ Ignace de Loyola, l’ordre futfondée dans la ville de Rome, avec un groupe de camarades:

San Francisco Javier

San Pedro Fabre

Diego Lainez

La Compagnie de Jésus a grandi rapidement et avec une vocation clairement mondiale depuis sa création, qui aujourd’hui peut sembler normal, mais pas du tout au XVIe siècle.
Déjà en 1549, il y avait des jésuites travaillant en Inde, en 1553 au Brésil, en 1555 en Chine, etc.

L’activité missionnaire a commencé avec St. Francis Xavier en Inde et culminent avec des réductions en Bolivie, au Paraguay et en Argentine, la première fois que le monde a testé le communisme précoce ou le «nouvel ordre mondial» dont tout le monde parle.

Mais la stratégie qui les a conduit au sommet de la puissance mondiale est d’avoir été un ordre religieux, avec une structure militaire, mais aussi composée de laïcs qui ne sont pas des prêtres ou des moines.
Le succès fulgurant a commencé quand l’ordre s’est axé sur l’activité éducative ouvert aux non-religieux dans le but ultime (très missionnaire) d’infiltrer toutes les branches du pouvoir, une stratégie qui a fait ses preuves très, de sorte que cela leur a valu être expulsé dans plus de quatre-vingts pays et même être supprimée par l’église (1773), mais plus tard réhabilité (1814).
La stratégie jésuitique « d’infiltration » est de placer ses membres dans des endroits clés des multinationales, des sociétés financières et les gouvernements.La Compagnie de Jésus, lentement et sans bruit, a bien l’argument éculé d’Hollywood est un « truand obsédé de la domination du monde. »
Mais si dans les films plans diaboliques sont toujours déjoué à la dernière minute par le super-héros / 007 en réalité rien ne semble pouvoir arrêter la Compagnie de Jésus.Il y a une raison pour cela, les jésuites ont pas utilisés une bombe puissante: l’éducation.

Parmi les trois groupes de pouvoir dans l’ombre, les dévots jésuites  ont gagné, même si sa dernière pièce, l’échec et mat de la crise de la dette , n’est pas encore fini.

Ils sont choisis pour être les seuls serviteurs et maîtres, et « roi de Jérusalem » .

La question, à ce stade qui assaille, est de savoir comment un projet apparemment sans faille tel que celui conçu par Ignacio de Loyola, nous a entraîner dans une histoire aussi perverse?

La réponse a trois personnages et un seul nom: Francisco.

Ils sont les « francis », responsable de la société qui ont tout vendu à l’obscurité:

San Francisco Javier

San Francisco de Borja

Et un troisième Francisco collecte les fruits et rend hommage … Son nom est Bergoglio. Le Pape blanc?

San Francisco Javier, la vente

Francisco Javier, l’un des plus proches compagnons d’Ignace de Loyola, Navarre était celui qui a trahi ses bonnes intentions.

Il est celui qui a fait une alliance avec les forces occultes, avec les «faux dieux» païens de Sumer, l’Nephilim de la Bible ou les «démons», le nom populaire leur a donné plus de popularité.

Ceux qu’adorent depuis les jésuites, en particulier deux d’entre eux: Ishtar et son mari Mitra. Le pacte qu’a convenu Francisco Javier a été ancré dans l’église de Goa – Inde -Ils sont dans le meilleur soutien à la magie noire: par leurs reliques organiques.
San Francisco Javier, qui était déjà en Inde durant la vie d’Ignace, est le saint patron des missionnaires. Dans une blague minable, en 1952, le pape Pie XII a également proclamé patron du Tourisme.

San Francisco Javier était un être sombre, on peut le voir sur un portrait tenant un coeur rouge avec la lumière du soleil, le symbole piège du Sacré-Coeur de Marie transpercé par une flèche et son code correspondant 666 (encadré).
San Francisco Borja reprend le transfert permanent entre les Templiers et les jésuites qui doit être attribué à un autre jésuite, également nommé Francisco et avec une très bonne réputation:

Francisco de Borja, duc de Gandia et vice-roi de Catalogne.

Francisco de Borja (ou Borgia dans la traduction italienne), était un homme d’une grande puissance (il a dit qu’il était beaucoup plus puissant que « son cousin » le roi d’Espagne, Carlos V) et était le petit-fils des Papes.

Ses grands-parents étaient le roi Ferdinand d’Aragon et de Roderic de Borja, qui a passé dans l’histoire comme les intrigues, débauchée et corrompu le pape Alexandre VI, qui a été l’initiateur de la légende noire des Borgias, l’une des familles les plus controversés l’histoire.

L’ombre sombre et longue des Borgia a duré jusqu’à plusieurs générations, et a atteint Francisco de Borja. Il voulait que le poste de Supérieur Général de la Société, un poste occupé par Diego Lainez, qui était le grand compagnon et biographe d’Ignace de Loyola.
Francisco intrigué, comme son grand-père Alexandre VI, mais Lainez a été très bien protégé par le pape Pie IV.

Tout a été organisé dans le style de la famille Pie IV qui mourut empoisonné le 9 Décembre 1565 et un mois plus tard Diego Lainez a couru le même sort … la voie était libre pour Francisco Borja, peu après, a été proclamé la troisième supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Avec son mandat Francisco a renforcé le pouvoir du Supérieur Général de la Société, qui est devenu connu sous le surnom de pape noir … une prémonition noire de ce que l’entreprise était destiné à être.

 
 
Francisco Borja a été celui qui a jeté les bases de la société actuelle de Jésus et était si important pour l’entreprise qu’il a été appelé « le second fondateur».
Il a fondé le premier collège des Jésuites de Gandia, le point historique où la longue transition vers la compagnie du pouvoir a commencé: a été la première école qui ouvrira ses portes aux étudiants laïcs.
Mais si nous en parlons ici, c’est parce que la «coutume» est que les Templiers etait les serviteurs de Ishtar-Mitra Inanna. Les jésuites reprirent le flambeau  de l’Ordre du Temple.

Rappelez-vous que tous les jésuites ont toujours été de grands dévots de la Vierge, voir Mariolâtrie.

Il semble que eux même étaient conscient de l’abomination de ces «maîtres» servis, ils relatent des déclarations auto-incriminantes:

«Je suis tellement pécheur, que le seul endroit que je mérite est l’enfer. »

« Je cherchais un endroit approprié pour moi dans la Bible, et vu que la seule chose que je prendrais serait aux pieds de Judas le traître ».

«Nous sommes venus comme des agneaux, mais nous régneront comme des loups. Nous serons expulsés comme des chiens, mais nous reviendrons comme les aigles »

Francisco venait toujours dans les portraits qui ressemble très peu fiables et toujours avec son crâne inséparables, ce qui signifie que nous savons déjà l’héritage de Marie-Madeleine.

Qui mieux a capturé l’essence du personnage qu’était le grand Goya, qui l’entouraient avec les démons et les entités maléfiques étant tenté amener l’âme d’un patient qui assiste Francisco

 
 

Le troisième Francisco

Après l’intervention de ces deux Franciscos (San Francisco Javier et San Francisco Borja), il est resté peu de l’esprit du groupe qui a été conçu par Ignace de Loyola.

L’histoire, d’un être de lumière utilisé pour les intérêts de la Haine est répété. L’Origine des ténèbres sur la planète. Il est un motif répété, optez pour un être de lumière et vous trouverez autour quelques « demons » déguisées ou non déguisées.

Nous avons vu ce qui est arrivé avec lui et ses trois apôtres uniques et Marie-Madeleine appartient à la lettre par le même être qui adorent les jésuites, depuis San Francisco Javier a signé le pacte avec eux.

Le troisième Francisco, est né en Argentine,nation du bonnet phrygien et il affirme avoir pris ce nom en l’honneur de saint François d’Assise, le grand amoureux des animaux. Oui, et les cochons volent.

Son nom est Jorge Bergoglio, qui détient le trône du Vatican, exactement 700 ans après que le Grand Maître des Templiers a été brûlé sur le bûcher, parce que …

… La vengeance est un plat qui se mange froid

Article réalisé par nos soins à partir d’une source de langue espagnole