L’arsenal nucléaire, Donald J. Trump et nous, par Georges Le Guelte

Par Georges Le Guelte, ancien adjoint au directeur des relations internationales du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) puis secrétaire du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique

Photo prise le 20 mars 2008 sur le site de la DCNS à Cherbourg, du sous-marin nucléaire lanceur d'engin de nouvelle génération (SNLE-NG) Le Terrible.

Photo prise le 20 mars 2008 sur le site de la DCNS à Cherbourg, du sous-marin nucléaire lanceur d’engin de nouvelle génération (SNLE-NG) Le Terrible. / JEAN-PAUL BARBIER/AFP

Le 23 décembre 2016, l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté un projet de résolution préconisant l’ouverture en 2017 d’une conférence chargée de préparer un traité sur l’élimination des armes nucléaires. La France a voté contre ce texte après avoir fait pression sur de nombreux pays, surtout africains, pour qu’ils adoptent la même attitude. Le gouvernement tente de justifier ce comportement en affirmant que, si la France n’avait plus d’armes nucléaires, elle perdrait son siège de membre permanent du Conseil de Sécurité. Il est heureux que le pouvoir n’invoque plus la fiction selon laquelle l’arsenal nucléaire nous « protège de toute menace de nature étatique, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme ». La possession d’un arsenal nucléaire n’est plus une question de sécurité, mais un problème de protocole. C’est un moyen pour la France de « tenir son rang ».

Contre-vérité

Pourtant, même sous cette forme, le discours officiel reste fondé sur une contre-vérité. La liste des membres permanents du Conseil de Sécurité est fixée par l’article 23 de la Charte de l’ONU, signée à San Francisco le 26 juin 1945. À cette date, aucun pays au monde n’avait encore fait exploser un engin nucléaire. Les membres permanents sont les États supposés vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Faire un lien entre ce statut et la possession d’un arsenal nucléaire n’a donc pas de sens. Bien entendu, le texte de la Charte pourrait être modifié. Mais la procédure de révision est extrêmement lourde, et aucun amendement ne peut entrer en vigueur s’il n’a pas été ratifié par les cinq membres permanents. En d’autres termes, qu’elle ait ou non des armes nucléaires, la France ne pourrait perdre son siège que si elle y consentait expressément.

Lobbying de l’industrie de l’armement

Il ne manque certainement pas de diplomates, au Quai d’Orsay, pour rappeler ces vérités aux décideurs politiques. C’est par conséquent de façon délibérée que le pouvoir utilise des arguments dont tout le monde peut vérifier facilement et rapidement qu’ils sont de pure fantaisie. Ce sont là des techniques utilisées couramment par Donald J. Trump : une affirmation sans aucun rapport avec la réalité devient une vérité irréfutable si elle est répétée assez souvent de façon suffisamment péremptoire.

Il n’y a aucune raison valable pour conserver un arsenal nucléaire. Pourtant, aucun gouvernement, qu’il soit de gauche ou de droite, n’acceptera de le démanteler, à moins d’y être contraint et forcé, tant est grande l’emprise exercée par le lobby de l’industrie de l’armement sur le personnel politique. Il est tout de même regrettable que, pour conserver les bonnes grâces et les largesses de Dassault Aviation, d’Airbus Group, de la DCNS, du groupe CEA et de tous leurs sous-traitants, un gouvernement socialiste adopte les méthodes de Donald J. Trump comme mode de gouvernement de la France.

Georges Le Guelte/ la-croix.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s